• Catégories
  • Évènements à venir

Patrimoine tunisien : le temps que nous tirons la sonnette d’alarme, certaines merveilles architecturales auront le temps de tomber en ruine ! 

L’Art déco est un mouvement artistique né dans les années 1910, principalement au lendemain de la Première Guerre mondiale (1918) et qui prit son plein épanouissement au cours des années 1920 avant de décliner lentement à partir des années 1930, pour prendra fin avec la Seconde Guerre mondiale (1939).

La ville de Tunis compte plus de 400 bâtiments de style « Art Déco », à tel point qu’on pourrait parler d’Art Déco tunisien et pourtant, aucun musée qui lui serait dédié. A cet égard, on peut prendre l’exemple de la belle villa abandonnée de la rue d’Autriche et qui abritait, jadis, l’ambassade de l’Arabie Saoudite, Cette belle demeure qui a appartenu à la famille Boublil. L’ambassade d’Arabie Saoudite l’a vendu à un investisseur depuis plus de 20 ans. Rien n’a été depuis pour sa restauration. Même l’eau et l’électricité sont coupées depuis plusieurs années.

Le second exemple est celui de l’ancienne église Sainte-Croix, dans la médina de Tunis. Après l’inauguration en grande pompe, l’espace ainsi gagné a été tout simplement refermé. Dans ce cas, c’est la coopération italienne qui avait appuyé le projet. Plus largement, la médina de Tunis continue à souffrir de l’absence d’un musée digne de ce nom alors que tous ses espaces muséaux sont fermés.

En laissant mourir son patrimoine, la Tunisie ne serait plus laTunisie, elle perdrait une grande part de son attractivité qui ne dépend pas uniquement de ses grands monuments mais de l’ensemble unique que forme son patrimoine historique sur tout le territoire. Mal entretenir son patrimoine et l’abandonner à son sort est une faillite intellectuelle, une faute morale, une erreur politique voire même un non-sens économique.

Des références de style Art déco à Tunis :

Immeuble De Carlo (16, avenue de Paris) :

L’immeuble construit entre 1933 et 1935 pour la famille De Carlo est considéré comme l’oeuvre.

Immeuble ENICAR (2, avenue de la Liberté) :

L’immeuble est construit entre 1931 et 1933 par l’architecte René Audineau. Sa tour-horloge est inspirée de la tour du pavillon des renseignements et du tourisme de l’exposition internationale de 1925, construite par Robert Mallet-Stevens.

Et Cinq autres monuments qui sont le Théâtre municipal, la Trésorerie générale de l’avenue Habib Thameur, l’actuel Tribunal administratif qui fut la succursale d’une banque et se trouve rue de Rome (architecte Auguste Peters). Ajoutons à cette liste la Grande Poste de la rue Charles de Gaulle conçue par l’architecte Henri Saladin et enfin la Midha du Belvédère qui est elle aussi un témoin classé.

Par Oumayma.Z

ads
  • Show Comments

Ads

ads

You May Also Like

Une autre vision du théâtre à travers les yeux rêveurs de Bilel Aloui

L’année 2018 a débuté d’une manière le moins que l’on puisse dire très fracassante ...

Le marbre, la tendance déco qui résiste

Qu’il soit intégré dans votre intérieur comme accessoire, revêtement de sol ou tout simplement ...

Lettre d’une rêveuse Tunisienne à elle même …

Chers moi du passé, Je me souviens de ta stupéfaction à l’ouverture de cette ...

Nostalgie, le Hammam un patrimoine oublié ou PAS ?

En Tunisie,  le hammam traditionnel ou le « Hammam 3arbi » tombe malheureusement dans les oubliettes. ...

Le film Tunisien « La laine sur le dos » en lice pour les césar 2018

Le court-métrage “La laine sur le dos – علّوش” du réalisateur Lotfi Achour avec ...