• Catégories
  • Évènements à venir

Ces performances à couper le souffle sur nos petits écrans

Malgré une programmation chamboulée par la crise du coronavirus durant le mois du jeûne, différentes performances ont révolté la scène cinématographique tunisienne. La saison 2020 a mis alors en exergue un cinéma tunisien d’interférence, un cinéma différent.

Bahri Rahali « Baba El Hedi » :

Une interprétation majestueuse d’un homme rongé par l’alzheimer a bouleversé la scène dramatique tunisienne. Une performance qui a souligné la progression inexorable de la maladie avec beaucoup de délicatesse et de maîtrise formelle. Une interprétation qui donne à voir la puissance de l’amour et de l’art dans la lutte contre l’isolement et l’effacement de soi.

Fathi el Heddaoui « Dandy » :

Contrairement à l’extrême « virilité » des personnages de Nouba à l’instar de Bringa, Dandy rôle interprété par le grand acteur Fathi el Heddaoui a perturbé le téléspectateur tunisien. Une performance très forte qui ne laisse rien au hasard. Un rôle qui a volé la vedette à tout le monde. Nul ne peut nier que Dandy comme étant un personnage fictif a poussé le téléspectateur de dépasser le seuil de la démontrabilité afin d’atteindre celui de la réflexion.

Amira Chelbi «Hbiba»

Hbiba, femme forte qui se pavane fièrement dans les ruelles escarpées de la Médina. Une interprétation qui définit des notions indéfinissables. Habiba n’est pas relayée en tant que simple intérêt amoureux. Courageuse et téméraire, elle n’a pas besoin de son compère masculin pour se venger. Un rôle émouvant et une performance à couper le souffle.

Nidhal Saadi « Bayrem »

Nidhal saadi, dans la peau de Bayrem n’a pas manqué d’émouvoir son public surtout pendant les derniers épisodes puisque que son rôle a évolué et qu’il est passé d’un registre à l’autre avec beaucoup d’aisance. Un rôle d’un bad boy emblématique, très réussi.

Bilel Briki « Maher »

Ce garçon d’El Menzah 6, qui ne pense qu’à aller vers ce monde interdit du Mezoued a illuminé nos écrans. Un va-et-vient perpétuel qui a créé le charme de ce personnage. Une prestation qui a fait orner le cinéma tunisien.

Azza Slimen « Zina »

La jeune tunisienne Azza Slimene poursuit son ascension dans l’univers du cinéma. Son rôle dans Awled Moufida met en avant un personnage haut en couleur. Balancée du jour au lendemain dans l’antre incroyable du monde de la drogue, Zina a su accrocher le spectateur à son jeu d’acteur.

Bilel Slatnia « Ibrahim »

Avant d’emboîter une nouvelle fois le pas de l’ancien bad boy surentraîné à la recherche de son passé, Bilel Slatnia s’impose rapidement dans le paysage cinématographique Tunisien grâce à son implication dans ses personnages et sa capacité à jouer tous les rôles. Véritable acteur-caméléon, son talent s’exporte à la télé dans un nouveau registre intrigant.

Il serait redevable de dire que la saison 2020 est considérée désormais comme étant un ressort cinématographique. Différentes autres prestations ont attiré l’attention. Ces acteurs ont prouvé que le cinéma tunisien a pu affronter la stagnation qui hante le paysage audiovisuel depuis quelques dizaines d’années. Un grand merci pour nos jeunes réalisateurs tunisiens qui ont donné une touche de fraîcheur au cinéma tunisien grâce à un travail intergénérationnel.

ads
  • Show Comments

Ads

ads

You May Also Like

L’interview striptease de Meriem Debbagh

Meriem Debbagh , ou tout simplement QMD ,est le phénomène du moment que les ...

Violence dans les stades un phénomène alarmant, on dit STOP

Normalement aller au stade est censé être un moment de partage, de joie, d’amour ...

Horoscope du jour…

BÉLIER – Horoscope du jour Vous vous entendrez parfaitement bien avec votre conjoint. Vous saurez ...

Tarek Ben Ammar représentera le cinéma arabe à l’Académie des Oscars

Le producteur de cinéma et homme d’affaires tunisiens Tarak Ben Ammar a été choisi ...

L’exploit Ons Jabeur qui se qualifie pour les demi-finales de l’Open de Moscou

La joueuse de tennis tunisienne Ons Jabeur (101e mondiale) s’est qualifiée pour les demi-finales ...